Jeûne intermittent et sportif de haut niveau : est-ce compatible ?

Bien qu’elle soit très ancienne, la pratique du jeûne reste toujours d’actualité.

En plus, elle n’est plus réservée qu’aux rites religieux.

Existant sous plusieurs formes, elle s’intègre aux processus d’amélioration de la santé.

Jeûne intermittent et sportif de haut niveau est-ce compatible

C’est le cas, par exemple, du jeûne intermittent.

Mais quelques doutes subsistent en ce qui concerne ses bénéfices pour un sportif de haut niveau.

Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?

Le jeûne intermittent ou fasting est l’une des formes les moins rudes et radicales de restriction calorique.

Il consiste à définir des périodes sans repas allant de plusieurs heures à plusieurs jours.

Celles-ci sont séparées par des plages d’alimentation de quelques heures.

Le jeûneur peut, par exemple, sauter son petit-déjeuner pour ne manger qu’au déjeuner et au dîner.

C’est la méthode 16 :8.

En outre, seule l’eau est la boisson autorisée, car elle ne déclenche pas la rupture du jeûne.

Par ailleurs, le jeûne intermittent est surtout réputé pour son efficacité durant les pertes de graisse.

En l’absence d’un apport calorique régulier, l’organisme puise dans ses réserves.

Cette méthode a l’avantage de maintenir la perte de poids à long terme.

Les bienfaits pour les sportifs de haut niveau

Selon une récente étude, le corps privilégie l’utilisation des acides gras plutôt que celle des composés glucosés durant le jeûne.

En s’alimentant, l’organisme arrête ce processus et enclenche celui de la production d’insuline pour le stockage des réserves.

Par conséquent, au lieu de brûler les graisses superflues pendant l’effort, le corps n’aura qu’à puiser dans celles du repas précédent.

L’un des avantages du fasting est donc d’optimiser l’utilisation des acides gras.

Une autre étude a démontré que le jeûne intermittent optimisait l’endurance des athlètes.

Pour les sports d’endurance, il stimule la capacité d’adaptation de l’organisme dans les conditions de basse énergie.

En effet, ces conditions incitent le corps à faire une biogenèse mitochondriale.

Les mitochondries sont des organismes cellulaires indispensables pour la production d’énergie.

Leur production en excès permet au sportif d’améliorer son endurance.

En somme, avec un bon rythme d’entraînement, le fasting est bénéfique pour la perte de poids et l’amélioration de l’endurance.

Les inconvénients du jeûne intermittent pour un athlète

Si le jeûne permet en quelque sorte de « gagner du muscle », il peut aussi en faire perdre dans certaines conditions.

Les fenêtres d’alimentation sont très importantes, car elles fournissent au corps les acides gras et le sucre nécessaires pour son fonctionnement.

Sans l’apport suffisant de ces nutriments, le corps exploitera les acides aminés des muscles, ce qui entraînera la perte de la masse musculaire.

En outre, certaines habitudes peuvent perturber la régénération musculaire.

C’est le cas des séances d’entraînement programmées en plein milieu d’une phase de jeûne contrôlé.

En effet, sans un repas précédent ou immédiatement après la séance, le corps ne peut s’approvisionner en protéines.

Les acides gras et le sucre ne participent pas seulement à la fourniture d’énergie.

Ils sont aussi importants pour le maintien des défenses immunitaires.

Alors, sans de bons repas, l’organisme peut être sujet à l’hypoglycémie et aux infections.

Cela n’est pas très favorable pour les compétitions, en particulier lorsque le corps n’est pas encore habitué à utiliser les réserves de graisse.

En ce qui concerne les autres inconvénients, vous pouvez obtenir plus d’infos sur sport-passion.fr

Finalement, le jeûne intermittent est un atout pour un sportif de haut niveau lorsqu’il est accompagné d’entraînements peu intenses.

Il l’est surtout pour ceux souhaitant perdre de la masse graisseuse et améliorer leur endurance.

Mais dans le cas d’individus avec peu de graisses et ayant des séances très intenses, le fasting doit être assez allégé pour ne pas dégrader leur santé ou leurs performances.

Il faut surtout y associer une alimentation saine et adaptée.

En gros, même si elle est efficace, ce n’est pas la meilleure méthode pour améliorer ses performances.

Plus d’infos sur jeune-intermittent.info !


Articles connexes :

Quels sont les symptômes quand le candida albicans meurt ?

Hypotension artérielle et fatigue : que faire ?